Coin lecture – guérir Alzheimer, du Dr NEHLS Michael

Publié le Publié dans Non classé

Le 21 septembre est la Journée Mondiale de Lutte Contre Alzheimer

 

Date idéale pour vous parler d’une découverte : le livre du Dr Michael NEHLS –
Guérir Alzheimer, comprendre et agir à temps

 

 

D’après le Dr NEHLS, et contrairement aux idées reçues, la maladie d’Alzheimer serait une maladie de carences. Quand celles-ci sont en place depuis des années (20, 30 ans ou plus), leurs effets cumulés sur l’organisme provoqueraient le développement de la maladie d’Alzheimer. Pour le Dr NEHLS, Alzheimer devrait être considérée comme une maladie de civilisation, et ne devrait plus être vu comme une fatalité.

 

Dans ce livre ? Le Dr NEHLS développe tous les mécanismes mis en jeu dans la maladie d’Alzheimer, et explique leurs origines probables : nos carences. Celles-ci sont décryptées, analysées de manière à permettre la compréhension de leurs conséquences sur notre corps.

 

Pour lui, les carences à éliminer peuvent être partout dans notre vie quotidienne : dans l’activité physique, l’activité sociale, le sommeil, l’alimentation, …

 

Ce livre contient surtout un concentré de conseils pour prendre en charge à temps ces carences :

  • En prenant soin de sa santé tout au long de notre vie, on limiterait les risques de développer Alzheimer, … et par la même occasion cela limiterait le développement d’autres pathologies (diabète, cholestérol, hypertension) ! Ces conseils agissent en prévention sur nos facteurs de risques individuels.
  • Si la maladie est déjà développée, ces conseils et ce protocole de traitement permettraient de freiner voir de résorber l’évolution d’Alzheimer, selon le stade de développement de la maladie.

Un livre indispensable donc !

 

 

Le Dr NEHLS se base sur une loi naturelle : la loi du minimum. Quand plusieurs ressources sont nécessaires et qu’il en manque une, elle devient un facteur limitant de croissance. Exemple : pour pousser, une plante a besoin de terre, de soleil et d’eau. Sans l’un des trois, rien ne pousse ! C’est pour cette raison qu’il se base sur le traitement et l’élimination des carences propres à chacun pour résoudre Alzheimer.

 

Il nous propose une autre vision, à l’opposé de la doctrine actuellement dominante de l’attente d’un remède miracle. Sa différence consiste à traiter non pas les symptômes de la maladie, mais de remonter en amont et de traiter les causes, en s’appuyant sur les dernières découvertes scientifiques, et sur la compréhension des différents mécanismes d’apparition d’Alzheimer,

 

Il prend en compte l’ensemble du patient, et propose un programme sur mesure, adapté à chaque malade. Il explique par cette « loi du minimum » les échecs des essais mono-thérapeutiques sur Alzheimer (qui s’occupe souvent d’une unique carence). Car les carences peuvent être multiples. En traitant les carences, le corps va pouvoir naturellement développer tout son potentiel de guérison autonome.

Ce livre propose donc un traitement systémique, main dans la main avec la médecine.

 

Ce raisonnement de prise en charge et de compréhension globale du patient dans son environnement, lié à l’optimisation des capacités du corps à s’adapter et se réguler (homéostasie) rejoint totalement la vision ostéopathique. En effet, homéostasie et prise en charge de la globalité du patient sont deux des piliers fondamentaux de l’ostéopathie.

 

C’est pour cela que je me permets de vous parlez de ce livre. Celui-ci a l’avantage d’être à la porté de tous. Les données transmises sont simples et facilement compréhensibles.

 

Je suis persuadée que le point de départ de notre santé est en nous-mêmes. Et je souhaite que l’on reprenne conscience que nous sommes les principaux acteurs de notre santé.

 

Si médecins, praticiens, partenaires aidants et proches prennent connaissance de ce livre et des efforts importants qu’il nécessite chez le patient qui veut guérir (élimination des carences, changements des habitudes de vie), et que tous le soutiennent dans cette voie, je pense que les chances d’amélioration de la maladie d’Alzheimer augmenteraient de manière considérable.

 

 

Bonne lecture !