Découvrir les principes concepteurs de l’ostéopathie – Quelles sont les particularités de la prise en charge ostéopathique ?

Publié le Publié dans Présentation

Les principes de l’ostéopathie

 

 

Ces principes viennent du fondateur de l’ostéopathie Andrew Taylor Still (1828 – 1917), et sont la base véritable de notre thérapie et façon de faire.

 

 

« L’ostéopathie est à la fois une philosophie, une science et un art ».
A.T. STILL

 

La globalité :

L’ostéopathe considère le corps du patient dans son ensemble :
  • En ostéopathie, on porte un intérêt sur toutes les zones du corps, de la tête jusqu’aux pieds ! Chaque partie du corps est articulée avec la suivante, et tous les tissus du corps forment une continuité – rien ne peut être dissocié véritablement de l’ensemble du corps, tout est interdépendant.
    C’est pour cela que lorsqu’un patient arrive avec un mal de dos, l’ostéopathe vérifiera les zones autours de la douleur, proche ou lointaine ! Il n’est pas rare, par exemple dans un mal de dos, que l’origine soit une ancienne entorse mal soignée, qui modifie le dérouler du pas, contraignant toute la jambe à s’adapter et retentissant finalement sur la mécanique du dos.
  • Toutes les structures et tous les tissus du corps sont pris en compte : os, articulations, muscles, fascias, organes, artères, veines, nerfs, etc.
    Chaque tissu a ses spécificités, mais fonctionnent en synergie avec le reste des tissus. Là aussi, il y a interconnexion de l’ensemble des tissus du corps entre eux. A nous ostéopathe de décrypter quel tissu est en dysfonction ostéopathique (diminution de mobilité ou d’élasticité) et de quelle manière il influence sur les structures environnantes et sur le corps entier.
    Par exemple, au niveau du bas du dos – des lombaires – une articulation entre deux lombaires peut être bloquée par une tension excessive d’un ligament qui uni ces deux vertèbres, ou bien par une tension excessive d’un muscle spasmé qui s’insère sur ces deux vertèbres, ou bien encore par l’hypo-mobilité des viscères qui se trouvent en avant de cette articulation. Savoir décrypter quel tissu est en restriction permet de soulager l’ensemble des tissus environnants.
  • Dans la continuité de cette globalité, l’ostéopathe s’intéresse donc à tous les systèmes du corps humain : ostéoarticulaire (la charpente), digestif, pulmonaire, urinaire, gynécologique (les usines métaboliques), vasculaire et neurologique (transport des informations).Dans l’interrogatoire – première étape de la consultation – l’ostéopathe prendra soin de faire le tour du fonctionnement global de son patient, pour se donner une idée de ce qui fonctionne ou ce qui fonctionne moins bien chez lui. Ces informations vont le guider dans sa palpation pour rechercher les différentes sources de dysfonctions ostéopathiques.
    L’intérêt de l’approche ostéopathique des différents systèmes est aussi en lien avec le 2e principe de l’ostéopathie, que nous verrons plus tard.

Toutes les parties du corps sont INTERCONNECTEES et l’être humain doit être abordé dans sa globalité ; toute perte de mobilité à un endroit peut provoquer un déséquilibre et avoir des répercussions dans L’ENSEMBLE DU CORPS.

 

 

La globalité ostéopathique est aussi spatio-temporelle :
  • L’ostéopathe prend en compte le passé du patient : chirurgies, chocs, chutes, entorses, fractures, accidents, chocs émotionnels, … Cela donne une idée globale de l’histoire tissulaire du patient, et permet de comprendre comment les différents événements se sont agencés les uns avec les autres, pour en arriver à la douleur du motif de consultation du jour.
    L’ostéopathe va aussi juger de l’impact de ces différents antécédents sur son patient. Une entorse de cheville chez l’un peut créer un gros déséquilibre, ou s’être parfaitement adaptée chez l’autre.
  • L’environnement du patient : le métier, les sports, les habitudes de vie sont aussi analysées dans le but de comprendre comment fonctionne – bien ou moins bien – le corps du patient qui consulte.

 

Ce principe de GLOBALITE permet de prendre compte les SPECIFICITES propres à chacun et aboutit à un TRAITEMENT UNIQUE, APPROPRIE, JUSTE pour le patient.

 

La structure gouverne la fonction et vice-versa

  • Structure = anatomie, comment c’est fait
  • Fonction = physiologie, comment ça marche

 

Ce principe nous dit deux choses :

 

Si une structure est bloquée, cela retentit sur sa fonction

 

De manière très simple, le corps est fait pour bouger, les tissus doivent garder une certaine élasticité – propres à chacun (ligament, muscle, tendon, fascia, …) – pour que chaque articulation du corps soit mobile et puisse jouer son rôle. Quand on parle d’articulation, on pense communément aux articulations d’un os avec un autre, mais chaque tissu bouge avec son environnement, et il existe de multiples articulations dans le corps (entre deux viscères, entre un viscère et un muscle, entre un fascia et un autre, …).
Quand on dit que la « structure gouverne la fonction », on veut dire que si la structure est bloquée ou moins élastique, elle ne remplit pas son rôle.

  • Par exemple, si un muscle est spasmé, l’articulation ne peut plus aller dans toute son amplitude et sa fonction n’est pas optimale
    .
  • Si une cote n’a pas toute sa mobilité, alors il y a une influence sur l’ampliation thoracique, tout le grill costal peut moins s’expandre à chaque respiration, il y a un retentissement sur les fonctions respiratoires (volumes respiratoires).
  • Si le côlon est spasmé, si les ligaments le maintiennent trop fermement, le transit aura plus de mal à poursuivre son chemin, on aura une tendance plus forte à être constipé.

Si une articulation bouge bien, si les tissus sont dans leur état élastique optimal, les fonctions supportées sont optimales.

 

Si une fonction est altérée, cela retentit sur sa structure

A l’inverse, si une fonction se fait moins bien, la structure même qui appui cette fonction est impactée.
Exemple : cirrhose du foie – cas pathologique car mise en place sur des années. La fonction hépatique n’est pas correcte, cela retentit sur sa structure, le foie est dur, augmenté de volume, granuleux. Etape irréversible.

L’ostéopathie ne travaille pas sur l’irréversibilité des pathologies, mais peut empêcher le cercle vicieux de s’installer – ou alerter sur l’irréversibilité.

« LE MOUVEMENT C’EST LA VIE »
A.T. STILL

Et cela tombe bien, le rôle de l’ostéopathe est de restaurer la mobilité et l’élasticité de chaque tissu et articulation du corps !

 

La loi de l’artère est suprême

Ce principe englobe l’ensemble des fluides du corps humain, qui transportent une information ou une substance :

  • Sang : artériel, veineux, transporte les messages hormonaux, l’oxygène, les éléments nutritifs des cellules, les déchets, etc.
  • Lymphe : transport des déchets, des cellules de l’immunité, des nutriments
  • Liquide céphalo-rachidien : situé dans les méninges du crâne et de la moelle épinière, où ne circule pas de sang.
  • Nerf : conduction nerveuse – libre circulation des informations nerveuses

Lorsqu’il y a une circulation optimale de toutes ces informations, on obtient un apport optimal aux organes et aux cellules, et un fonctionnement optimisé de ceux-ci (faut-il encore que la qualité de chaque élément transporté soit bonne, mais pour cela il faut prêter attention à ce que l’alimentation et l’hygiène de vie soit correctes).

La bonne circulation des éléments des liquides et la bonne circulation nerveuse ne suffit pas pour être en bonne santé, mais est indispensable pour le devenir.

Si la circulation est gênée ou s’il y a une stase – par un blocage articulaire, par un spasme musculaire autour d’une artère, etc. – soit les cellules sont sous-alimentées, soit les cellules sont engorgées. Dans les deux cas, leur fonctionnement n’est pas optimal,  les déchets s’accumulent, les cellules manquent de nutriments pour pouvoir fonctionner.

L’ostéopathie permet donc de lever les restrictions de mobilité, les obstacles à la libre circulation des fluides, et permet d’optimiser les échanges cellulaires et le bon fonctionnement des différentes cellules, donc des différents systèmes du corps humain.

 

L’homéostasie

Définition de l’homéostasie : le corps possède ses propres mécanismes de régulation, pour maintenir les différentes composantes du corps stables, dans leur état physiologique (et non pathologique).

Le corps possède plusieurs systèmes pour y arriver :

  • Système nerveux – transport des informations rapides dans l’ensemble du corps
  • Système endocrinien – transport des informations dans l’ensemble du corps
  • Système immunitaire –défense du corps

Grâce à ces systèmes, l’organisme est capable de maintenir une certaine harmonie. Ce n’est pas synonyme d’absence totale d’anomalie dans le corps, mais cela permet à l’organisme de conserver la possibilité d’un fonctionnement stable.

L’ostéopathie se base sur ce principe pour aider à la récupération du corps et à son maintien dans un équilibre le plus harmonieux possible.

L’ostéopathe ne soigne pas ! Il permet à l’organisme de trouver les ressources nécessaires pour recréer un équilibre, et rend au corps ses capacités d’autorégulation. L’ostéopathe va vérifier que rien n’entrave les systèmes de régulation du corps à faire leur travail.

Tout comme le médecin ne va pas guérir la plaie mais il va la nettoyer, la désinfecter et la panser. Ensuite c’est l’organisme qui prend le relais et qui va lancer les mécanismes de cicatrisation.

 

Conséquences des principes de l’ostéopathie

  • Chaque patient est unique, et chaque consultation est unique, appropriée à la plainte du patient – au moment où il consulte.
  • L’ostéopathe cherche à remonter à l’origine du problème sans se contenter de soigner le motif qui amène le patient à consulter, afin d’assurer la pérennité des bénéfices de la consultation.
  • Des personnes présentant des symptômes similaires peuvent avoir des déséquilibres totalement différents.
  • Inversement, des personnes présentant les mêmes déséquilibres ou blocages peuvent avoir des symptômes ou maladies totalement différents.
  • La cessation de la douleur ne signe pas la guérison. Le risque de récidive, de rechute est présent. Il faut atteindre un état d’équilibre stable, ce qui déconcerte certains qui ont l’habitude de se contenter de dépannages sans entreprendre un traitement de fond.
  • Le rôle de l’ostéopathie est grandement préventif et permet de « garder un état de santé à son patient ».
  • Il est plus facile de traiter des troubles qui n’ont pas eu le temps de trop évoluer et de déséquilibrer l’ensemble du corps et les systèmes du patient, plutôt que de devoir traiter un organisme épuisé et en état de décompensation depuis des années.
  • Les bilans ostéopathiques sont importants, même quand vous pensez que tout va bien, venez consulter régulièrement – une à deux fois par an – votre ostéopathe.